Les conséquences d’une conduite en état d’ivresse

car-insurance18

Dans les années 1980, la Sécurité Routière avait mis en avant le slogan « Boire ou conduire, il faut choisir » afin d’inciter les automobilistes à ne pas boire au volant. En 2016, l’alcool constitue toujours une des principales causes des accidents de la route, engendrant des centaines de morts et des milliers de blessés chaque année. Outre les pertes de vie humaine et les dégâts matériels, les conséquences d’un verre de trop sur le plan pénal et sur l’assurance auto méritent d’être mises en avant.

Qu’est-ce que conduire en état d’ébriété ?

Afin d’éviter tout malentendu, la notion d’état d’ivresse doit être bien comprise par les automobilistes, et notamment par les jeunes qui viennent d’avoir leur permis. Selon l’article L234-1 du Code de la route, une concentration d’alcool supérieure ou égale à 0,8 g/l dans le sang est synonyme d’ébriété. De même, si l’air expiré par le conducteur concentre 0,4 mg/l d’alcool ou plus, l’état d’ivresse est avéré. Enfin, il est important de noter qu’il est interdit de prendre le volant avec un taux d’alcoolémie de plus de 0,5 g/l. Si le chauffeur est titulaire d’un permis probatoire, ce taux descend à 0,2 g/l, et ce depuis le 1er juillet 2015.

Assurance auto : conséquences de la conduite en état d’ivresse

Il faut tout d’abord souligner que toute personne qui conduit en état d’ébriété et qui occasionne un accident se voit suspendre provisoirement son permis de conduire. Cette suspension peut être étendue jusqu’à 3 ans, sans compter l’obligation d’indemniser les victimes de l’accident. Comme généralement, tout véhicule qui roule est couverte par une assurance auto, c’est la compagnie d’assurance qui va d’abord indemniser les victimes.

Le conducteur peut également se voir retirer 6 points sur son permis de conduire, voire son annulation s’il est récidiviste. Le véhicule peut par ailleurs être immobilisé pour une période non définie et le chauffeur fautif être obligé de suivre un stage de sensibilisation. Il peut même encourir une peine d’emprisonnement qui peut aller jusqu’à 2 ans ou payer une amende pouvant s’élever jusqu’à 4 500 euros. Par ailleurs, qu’il soit responsable ou non de l’accident qu’il a provoqué, un conducteur en état d’ivresse ne sera jamais indemnisé.

En ce qui concerne l’assurance automobile, il est possible que la compagnie d’assurance va majorer la prime. En cas d’infractions multiples, celle-ci pourra être rehaussée de 400 % et de 150 % s’il n’est pas constaté d’autres infractions sanctionnées. Même en utilisant un comparateur de l’assurance auto, il sera difficile au contrevenant de trouver des offres intéressantes compte tenu de ses antécédents. En effet, les offres obtenues par la comparaison d’assurance auto ne concernent que les conducteurs standards, c’est-à-dire qui ne sont pas sanctionnés par des infractions au Code de la route.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *